SI le climat était une banque, il serait déjà sauvé