Publier ce que l'auteur a supprimé est donc le même acte de viol que censurer ce qu'il a décidé de garder